Pourquoi le Web 2.0 n’aime pas Dugeon Party …

Ou plutôt …

"Pourquoi on ne pourra jamais faire de pub efficace sur twitter pour dungeon party"

Petit rappel avant tout …

Dungeon Party est un MMOG original développé par le studio français Cyanide et édité par Focus qui mèle habilement un univers héroic fantasy très décalé avec un gameplay plus proche d’un mode "capture the flag" propre au fps.  Après un début assez fracassant, le jeu a progressivement perdu son publique, la faute à une release trop précoce et à un communication qui n’a pas suivi. Le jeu est toutefois maintenu en vie par une petite communauté de fans, toujours près à accueillir les nouveaux venus, et toujours à la recherche de moyens divers et variés pour tirer leur jeu sous les feux des projecteurs … ou à défaut sous une ampoule 4W basse consommation.

Les réseaux sociaux, pierre angulaire de la nouvelle comunication, fantasme de la publicité participative … etc etc
Pas mal de produits culturels ont été célébrés après avoir fait le buzz sur facebook, twitter et consorts. Grande est la tentation pour chacun de se ruer dans la breche en esperant grapiller deux ou trois clics en esperant un bouche à oreille attirant le cyber chaland comme une poubelle de McDo attire la vermine.

Mais voila, parfois on se trouve confronté à la dure et froide réalité de la langue. Le Mot Clé … voila l’ennemi …

Mise en situation …

Milou, 12 ans 3/4, découvre un jour sur sa page twitter dont il se sert pour se tenir au courant des dernières actualités concernant Naruto, un étrange message en RT parlant d’un jeu ou il serait question d’un crossover entre Ultima et Mariokart … (eh, si vous etes pas contents de mes accroches zavez qu’a vous inscrire bande d’aigris). Bien sur Milou, Mariokart il connait ! Il est super fort d’ailleurs, il à 8300 points sur le ladder wii et a presque débloqué tout les personnages. Ulitma par contre il connait pas bien, il se rappelle de son vieil oncle C qui lui racontait qu’avant les jeux c’était vraiment bien, ça laissait encore la place à l’imaginaire, et puis ça se finissait pas en 3h … mais à part ça rien du tout. Dungeon Party … voila le nom dudit jeu. Dungeon Party, ça sonne plutôt pas mal, même si il ne voit pas vraiment le rapport a mariokart, Milou est intrigué, il se dit que si un copain fan de Naruto (qui plus tard se révelera être en fait un fan d’un certain Marc D., adepte de l’exhibitionnisme et du recele de sucettes Pierrot Gourmand) à relayé ce message c’est que ça doit claquer du chakra (Milou 12 ans 3/4 a des expressions très personnelles, je vous l’accorde).

Alors Milou cherche. Milou se rue sur google et tombe sur le site officiel du jeu … un peu déçu de voir qu’il n’y a ni Ninjas ni karts. Il décide finalement de télécharger le jeu parcequ’il est gratuit et on-line, ce qui laisse espérer à Milou que ce jeu pourra se substituer à Meetic ou il n’y a que des vieux …
Alors Milou cherche des amis, il se dit que ça pourrait être super bien de faire un super groupe avec plein de super copains. Pas de bol pour lui, tout ses amis préferent jouer au foot et fumer des cigarettes au toilettes. Il y a bien Tintin (quoi… un problème avec mes pseudos ?) mais lui a été privé d’ordinateur par sa mère après avoir pris le train en douce pour rejoindre un ami fan de Naruto rencontré sur internet (les contrôleurs ont appelé sa mère lorsqu’il a voulu payer avec des cartes Yu Gi Oh).

Du coup Milou tourne en rond, il se dit que jamais il ne s’intègrera, qu’il sera seul, qu’on se moquera de lui parce qu’il ne sait pas joué. Sa lui rappelle l’école primaire ou on se moquait de lui parce qu’il disait qu’il aimait bien jouer avec les Bratz de sa petite soeur (bien sur il avait bien trop honte de dire qu’il n’avais pas de petite soeur). Au bord de la dépression pré adolescente, Milou cogite. S’il avait été plus vieux il aurait pu aller engueuler ses parents pour une raison absurde avant de claquer la porte et d’écouter de la musique à fond, mais ça, il ne pourra le faire que dans 1 an, c’est le médecin scolaire qui lui a dit.

Quand tout à coup, une révélation lui apparait. Il se sent un peu comme Naruto lorsqu’il réalise son premier Multiclonage. Grisé il se rue sur Twitter. "Si c ici qe jé trouver se jeu, sé ici qe je ver trouvé des amis" (Milou pense aussi avec des fautes d’orthographes, mais il se dit que Naruto aussi était un cancre alors il ne s’en fait pas trop). Il tape Dungeon Party dans la fenêtre "recherche" de sa page … et là …

Voici ce que lui réponds le dieux des mots clés:

MistressXena

BondageNightChicago kinky dungeon party at the Studio. 10pm-11pm (class). 11pm-4am. Play & Performance. INFO: http://lienautocensuré.com

femdomlifestyle

#bondage: Jecensure.com – Bdsm play party from Brockville dungeon at http://lienautocensuré.com

J’en passe et des meilleures …

Milou est un peu troublé par ces nouveaux camarades de jeux, qui malgré tout ont l’air très attachants. Alors Milou se lance, s’achete quelques vetements de cuir pour s’intégrer, parle finalement du jeu à Tintin qui trouve ça très sympa (ça lui rappelle un peu les images que lui envoyait son copain fan de Naruto), et le bouche à oreille se met en marche….

6 mois plus tard, un arrêté prévois la fermeture inconditionnelle de tout les sites relatifs à Dungeon Party suite à de nombreuses affaires troubles dans plusieurs établissements scolaires français (oui, ici Tintin et Milou sont français … ) notamment une recrudescence de la demande de punitions de la part des élèves, allant jusqu’à provoquer leur professeurs. Ceux ci se sont également plaint des fortes odeurs liées à l’augmentation significative du port de vêtements en simili cuir en plein été.

Plus tard, Nadine Morano déclarera: "Il est honteux de voir encore une fois à quel point les jeux videos peuvent nuire au développement de nos enfants en leur insufflant des pensées déviantes et immorales. Il est de notre devoir en tant qu’adultes et parents de tenir nos enfants éloignés de cette source de vice".

Vous ne voulez pas que ça arrive hein ?

Alors ne faites pas de pub pour dungeon party sur twitter

Le mythe du parisien

Conspué par beaucoup, envié par certain, le parisien est la source de nombreux mythes et légendes.

Parmi ces légendes on trouve de grands classiques comme: le parisien conduit mal, le parisien est imbu de lui même, le parisien est faignant car il prend toujours le métro, le parisien parle avec un drôle d’accent snob, le parisien veut toujours avoir raison … J’en passe et des meilleures.

Je suis moi même parisien et ai toujours été un peu étonné par ces étranges rumeurs qui voudraient que je sois un horrible snob malpoli plein aux as qui ne connaît de la nature que le trèfle dessiné sur les emballages de papier toilette du même nom. Toutefois, une part de réponse à deux traits capitaliens assez répandus m’est apparue il y a peu.

"Les parisiens sont toujours de mauvaise humeur" et "La vie coûte une fortune à paris" font partie des deux traits que je tente de combattre auprès de mes amis expatriés. Car oui, il est possible de trouver des bars où la pinte est une pinte (50 cL soyons d’accord, les pintes de 40 cL sont une honte à placer sur l’échelle de l’escroquerie entre les pizza à pâte américaine et le dernier livre de Claude Allègre) et coûte moins de 6 euros. Et oui, dans ces lieux les gens sont souvent de bonne humeur, prêts à chanter, rire, danser, vomir ou montrer certaines parties de leur anatomie connues seules de leur génitrice.

Pourquoi donc tant de haine ? C’est, je pense, dans les gares que la réponse devient évidente. Petite mise en situation …

6h de train mal climatisé … saleté de gamine, quelle idée de pleurer parce que ta DS a plus de batterie … va pas mourir ton chat … c’est un paquet de bits ton chat de toute façon … Et puis qu’est ce qu’elle peut bien avoir à cacher celle ci sous ses tonnes de parfum ..

Enfin la gare, Paris … pas trop tôt. Allez y, descendez tous en même temps, le train repars dans 5 minutes et emmènera tout ceux qui ne seront pas descendu se faire séquestrer au dépôt par Norbert le cheminot des Enfers …  Et puis c’est vrai que ce serait dommage de rater une dernière occasion de se frictionner les uns les autres …

Ah enfin, le quai … Bon, on circule un peu ? Oui oui, tu ne sais pas ou tu vas, mais en même temps je suis prêt à parier qu’en allant au bout du quai tu ne te perdras pas. Quelque part où on peut se nourir ici ?

"Bon appétit" Et bah avec un nom comme ça ça va forcément être bon non ? Et puis avec la queue qu’il y a devant …

– Monsieur ?

– Un jambon beurre s’il vous plaît ?

– Pardon ?

– Un jambon beurre ?

– 4 euros 50

– Ah … tenez

– Voila monsieurbonnejournéeaurevoir

– Pardon mais je pourrais avoir l’autre moitié du sandwich ?

Trop tard, les yeux à gare de la vendeuse sont déjà passés au client suivant … sur mon sandwich de la taille d’un bras de nouveau né une étiquette me déclare fièrement son nom "Le Parisien. Bon Appétit". Voila un séjour qui commence bien …

A l’avenir, évitons de donner aux sandwichs de gare, hors de prix et ridiculement petits, servis par des vendeurs mal-aimables, des noms pouvant porter à confusion ..


Le pourquoi du comment …

Se justifier est il un acte de rigueur à l’ouverture d’un blog ?

Je ne travaille pas dans la communication. Les mots ne sont pas non plus mon lot quotidien. Je ne suis ni un terrible farfouilleur, toujours au courant des dernières nouvelles amusantes du web, ni un intellectuel prêt à donner un avis éclairé sur l’actualité.

De l’humour ? D’après ma mère j’en ai … un peu.

Me donner de l’importance et avoir l’impression d’intéresser des gens, ça c’est de la bonne raison! Malheureusement, je sais qu’il y a une forte probabilité pour que  je sois le seul à jamais lire ces lignes. Peut être pourrais-je récolter quelques lecteurs en mettant "félation" ou "francs maçons" en mots clés, mais je ne pense pas qu’une armée de masturbateurs conspirationnistes soit de bonne compagnie, bien qu’une discussion sur Rockfeller sur fond de Clara Morgane (et inversement) pourrait être enrichissante.

Non, la raison de l’ouverture de ce blog est simple. J’ai un nouveau clavier.

J’aime le non bruit de ses touches, sa façon de désorienter mes doigts, sa texture satinée (qui sera bientôt une texture satinée-sale) …

Voilà ma motivation: j’écris car j’aime le bruit de mes doigts sur le clavier. Cela qui promet des grandes envolées comico-lyriques …

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.